Fêter Señor Santo Niño à la crèche à Siquijor

S'adapter et participer aux événements de la crèche aux Philippines

Introduction

Notre petite Léa va à la crèche sur l’île de Siquijor, et à la crèche, comme à l’école, on ne fait pas que se concentrer … Les philippins sont en effet un peuple très festif, et les occasions de faire la fête et de se rassembler ne manquent pas … surtout lorsqu’il s’agit de célébrer l’une ou l’autre figure religieuse. Aujourd’hui, la star de la journée, est un bonhomme haut de trois pommes, sa petite tête pleine de bouclettes. C’est Señor Santo Niño, l’enfant Jésus de Cebu. Pour l’occasion, l’école a organisé une petite célébration aux codes bien précis. Sauf que … nous n’étions pas vraiment au courant de tous les détails organisationnels. Léa et moi nous présentons donc le vendredi matin de la dite célébration … comme deux cheveux dans une grande soupe  » couleur tomate  » … en mode  » daltonien « .

Viva Señor Santo Niño

À ma gauche, une maman et son petit, aussi dépareillés que nous.

C’est Derryl et sa maman …

À ma droite : un chien qui somnole …

Tout autour : du rouge, des robes, des chapeaux, des fleurs … c’est un jour de fête aujourd’hui à l’école de la petite 🎉

Mais moi dans ma tête, je vis plutôt une petite portion du quotidien d’un daltonien qui s’ignore …

Aux festivités du Señor Santo Niño de l'école, tout le monde est invité ... même les "patates" (chiens chiens)
toutes dépareillées pour la fête du Señor Santo Niño à la crèche de Siquijor
toutes dépareillées pour la fête du Señor Santo Niño à la crèche de Siquijor

Léa fait, à son habitude la timide dans sa tenue multicolore un brin désassortie. Elle tient fermement ses deux petites bougies de papier vertes et jaunes.

Tout autour, les autres enfants : chics, spécialement vêtus pour l’occasion, tenant des bougies exclusivement rouges dans leurs mains …

La première conclusion à laquelle j’arrive ce matin concerne le strict respect des consignes. On a reçu, il y a quelques jours, sur le tchat des parents de la section nursery, une photo d’un bricolage de deux bougies. En papier, flamme jaune, corps rouge. « Please make 2 candles like this, props for our sto Niño celeb dance number this Friday » Le « like this » m’a échappé … tout comme la signification du reste du message …

Jeudi soir est arrivé
Du message je me suis rappelée
Stock de papier rouge épuisé
 » Oups, pas grave, le papier vert fera l’affaire « 

Avec l’aide de papa, Léa a donc bricolé deux petites bougies verdoyantes …

Vendredi matin, nous nous préparons comme un … vendredi matin
On se réveille en sursaut, car le vendredi c’est déjà un peu le week-end
Léa traîne, je traîne, Olive traîne … nous traînons en famille, jusqu’au moment de partir : comme d’habitude -> déjà en retard

aller à la crèche à Siquijor et participer, à son insu, aux diverses festivités de la vie de l'école
aller à la crèche à Siquijor et participer, à son insu, aux diverses festivités de la vie de l’école

Nous arrivons cependant parmi les premiers à l’école … Étrange …

J’en arrive alors à la deuxième conclusion de ma journée : c’est jour de fête aujourd’hui et nous débarquons, Léa et moi, comme d’habitude en mode touristes …

D’autres éléments viennent petit à petit renforcer mon sentiment : les petites banderoles, les chaises disposées en cercle dans la cour de récréation.

Puis je remarque une robe, deux robes, des talons, des chemises, une autre robe, d’autres talons et, cerise sur le gâteau : du rouge un peu partout.

festivités du Señor Santo Niño à la crèche de Siquijor, aux Philippines

La troisième conclusion ne tarde pas, et, la rapidité avec laquelle elle arrive n’est pas synonyme d’un cerveau bien éveillé mais plutôt du fait qu’aucune instruction pour aujourd’hui n’est apparemment parvenue à mes oreilles. Sueurs froides !

Le dress code : c’est rouge et élégance. Et puis que vois-je : des bras chargés de plats préparés !!!

Mince alors, il fallait aussi apporter à manger …

Léa et moi, dans ce va et vient de fête imminente, sommes assises sur nos petites chaises, des bougies vertes dans la main, un peu en retrait des autres, en mode « petits malins du dernier rang », sauf qu’on ne fait pas trop nos malines. Léa est confortable dans sa tenue de jogging multicolore, moi j’ai heureusement recalé à la dernière minute mon pantalon de Noël si confortable qui me faisait de l’œil ce matin.

Des fois, la vie, elle te fait des petits cadeaux à ton insu.

Je porte un pantalon jean et une chemise, ce qui est assez exceptionnel, sauf qu’il n’y a rien de rouge dans ma tenue.
On va dire qu’il y a du rouge dans le méli-mélo de couleurs des fringues de Léa, il y en avait sur mon pyjama de Noël dans lequel j’ai failli venir à l’école, les bougies de Léa sont vertes …

« Vie ma vie de daltonien » …

La fête s’annonce alors

La cour grouille de petits enfants de rouge vêtus

Dress code pour la fête du Santo Niño aux Philippines : le rouge !
Dress code pour la fête du Santo Niño aux Philippines : le rouge !

Les petites filles ressemblent tantôt à des pommes d’amour, tantôt à des … au fait ? … chers parents ? … pourquoi ? Pourquoi les talons du haut de leurs 6 ans ? Les paillettes je veux bien … mais … cette fente le long de cette jupe ? Et la longueur de ce vêtement ?

… c’est quoi au juste ? Une robe ? Un top ?!

Oh , Amen après tout

Il y a du rouge, ça gigote, ça sent le parfum, j’essaie tant bien que mal de ne pas juger sous un ciel qui se retient au-dessus de nos têtes.

Les festivités commencent alors, et le temps file sur fond de musiques entraînantes.

On prie, on ne comprend rien à l’évangile lu par la daronne, on offre une fleur à Santo Niño, et puis on danse devant un vidéo clip de danses traditionnelles de sinulog. Tout le monde danse, sauf Léa et Deryll, les deux seuls rejetons sans une once de rouge sur eux. Derryl a même oublié sa fleur pour Señor Santo Niño, Léa, elle, s’accroche à ses bougies vertes … ils ne bougent pas d’un millimètre pendant la danse. Ils fixent le vidéo clip, Léa a même les mains sur ses oreilles. Le summum de la sociabilité !

Mais on s’en fiche ! Moi, je danse ! Tout le monde danse ! Parents, enfants, on danse sans s’arrêter. On lève les bras, mes aisselles de femme pressée sont immortalisées par la vingtaine de portables qui filment la scène tout autour. « Madonna style les amis … c’est pas non plus si hors contexte que ça, non ? …»

Lors de la danse finale, des tonnes de bonbons atterrissent sur le dance floor ! Quelle pagaille ! Je réussis à en ramasser deux tombés à mes pieds. Tiens, Léa, mais … t’en auras qu’un, il est hors de question que tu mâchouille un bonbon au … café !!!!! Sucre et café ? REALLY ?!?!

Et puis du sucre, tu ne perds rien pour attendre. On passe en effet à table, c’est l’heure des snacks ! Dans notre assiette : les mélanges les plus improbables ! Le métissage des saveurs… sur le cupcake, comme Léa l’appelle : un gros bout de fromage y est coincé, on déguste des brochettes «hot-dogs marshmallows » – un bout de hot-dog, un bout de marshmallow (après, entre nous, avec des oignons à 15€ le kilo, pourquoi pas les marshmallows…)

La sauce des spaghettis est rouge écarlate comme tout le monde aujourd’hui, y’a des nouilles, du riz, du poisson séché, du riz, des hot-dogs, du riz, des camotes, du riz, des gâteaux, des pâtes et du riz … mais surtout pas de légumes !

Petit à petit, les ventres se tendent, le bal masqué touche à sa fin. Pour conclure, on entonne le chant final. Une chanson finale de quelques 89 couplets, 1234456 consonnes et autant de voyelles glissées ça et là … Incompréhensible, mais quelle belle mélodie. Quand c’est comme ça, on s’en fiche un peu des paroles … un peu comme moi avec le message de la teacher.

La fête se termine sous le regard fixe du  » Pit Senyor Santo Niño « , une petite statuette de Jésus qui ressemble comme deux gouttes d’eau à Léa !!

« Tiens, ma chérie, mets-toi un peu plus prêt du petit Jésus … voilà ! Ne bouge pas, le petit oiseau va sortir … »

Après tout, on n’a peut-être oublié le rouge, mais nous, on a le  » Santo Niño  » style !

YEAH !

S'adapter et participer aux événements de la crèche aux Philippines

Related Post